Soyons-fair play meuf ! N’allumez-pas un incendie pour ensuite être offusqué lorsqu’il voudra vous bruler.

Nous connaissons toutes ces célèbres phrases que je pourrais même qualifier de citation, tellement qu’elles sont sues, connues et entendus de tous :  « les hommes sont des salauds », « les hommes sont des connards », « les hommes ceci », « les hommes cela » …

Qu’est-ce qu’ils en aient des femmes ?

Nous vivons dans un monde où les hommes sont privilégiés. Personnellement, je pense que l’égalité homme-femme n’existe pas et n’existera pas.  L’inégalité pour moi commence à partir du moment où la femme est obligée de se « taper » neuf mois de grossesse comme punition alors qu’Adam et Eve ont tous les deux commis le péché.

Je veux dire par là que nous serons égaux que lorsque les hommes pourront porter neuf mois de grossesses, c’est-à-dire : jamais.

En bref, pour revenir à nos moutons. L’infidélité est déjà à lui seul un mot complexe. Il ne se limite pas qu’à l’acte sexuelle. Qu’est-ce qu’il en ait de l’interprétation hommes-femmes ? Quelle est la limite à ne pas franchir? Où commence l’infidélité ? Où s’arrête-t-il ?

Je vais donc comme à mon habitude vous racontez une histoire.

One day, i was in a « pub » with some co-workers. Entre collègues, on s’amuse, on rigole. Puis comme dans les films, nous rencontrons une autre collègue à moitié « torché » que je vais appeler « X » . X passe à notre table nous saluer, rien d’extraordinaire a priori lorsque nous remarquons qu’elle se rapproche dangereusement d’un autre collègue « Y ». Là encore rien d’extraordinaire.

« X » est une femme mariée avec enfant, portant une alliance à son doigt, son mari est actuellement en déplacement. « Y » est un homme célibataire, aimant son célibat prêt à sauter sur toute aventure qui se présentera. Tous les deux sont des individus de la quarantaine. À ces âges, normalement il n’y a plus d’ambiguïté, plus de « chichis « .  Life goes on, tu veux ou tu ne veux pas, nobody cares.

Au cours de la soirée, nous remarquons que X etcommencent à flirter.  C’était tellement naturelle que nous avons tous pensés avoir manqué un épisode entre ces deux-là. X chuchote des mots à l’oreille de Y (« non, nous ne voulons absolument pas savoir ce qu’ils-ce disent »). (Rires). Nous remarquons des échanges de numéros et Facebook…

A votre avis, que ce passe-t-il dans la tête de Y ?

A ce moment-là, « Y » pense qu’il va conclure ce soir. (rires). Le temps passe, minuit approche. En Angleterre, les bars ferment à 23h (je ne vous dis pas la galère ! ).

Bref, nous remarquons que les amies de X sont tous partis sauf elle.  Ahh ahh je crois que la situation devient de plus en plus claire.

Juste avant de quitter le Bar, telle la voix de l’ange qui t’empêche de commettre l’irréparable,  une collègue fait une petite remarque à X , lui rappelant qu’elle était mariée (« meuf de quoi tu te mêles, elle sait qu’elle est mariée »).  Alors, là, je ne sais pas si c’est l’alcool ou la honte qui parle. X s’emporte et nous dit que ce n’est-pas du tout ce que nous pensons ! (euh Really ?).

Elle continue en disant, que nous étions « close minded ». Son mari et elle étaient ouverts d’esprits. En gros, tout ceci (flirt…) ne voulait absolument rien dire, il n’allait rien avoir entre elle et Y (dans son couple, flirté n’est pas tromper).

Y  déçu de la situation, pas de match de foot ce soir… se résigne à manger un kebab. (Rires). Minuit, nous nous dirigeons tous vers un kebab pour les affamés.

Devinez-la suite ?

X a décidé de ne pas rentrer chez elle. Elle nous suit (meuf tu veux le bonbon ou pas ?! Décide-toi ou rentres chez toi).  Nous disons tous à Y d’y aller la rejoindre puisqu’elle le suit c’est un peu plus clair.

Personnellement, ce n’est bien sûr pas le genre de comportement que j’encourage mais dans cette situation, il est minuit, X ne veut toujours pas rentrer chez elle, son mari est en déplacement.

Si ce n’est pas du sexe qu’elle veut, que veut-elle ? Après avoir « prétendu » ne vouloir que flirté pourquoi ne rentre-t-elle pas chez elle ? Si au final, elle n’avait besoin que d’être désirée, elle serait rentrée chez elle.

Dieu seul sait ce que X et Y se sont dit…  Au final, Y nous a rejoint au kebab triste et déçu.  Il aurait fait une proposition « indécente » à X (rires). Celle-ci se serait offusquée. Lui disant « qu’elle n’était pas ce genre de fille, qu’elle était mariée, ce n’était qu’un jeu.

Après le refus, X nous a quand même suivi au kebab, histoire de faire un scandale et de passer pour la sainte (Trop tard meuf, on ne fait pas ce genre de choses devant ses collègues pour ne pas assumer après).

Elle s’est mise à crier qu’elle n’était pas ce genre de fille et qu’elle était choquée par la proposition de Y bla bla bla, voulant faire passer Y pour un pervers.

À la fin, ni X, ni Y aura conclu.

Conclusion:

N’allumez-pas un homme devant vos collègues pour ensuite faire semblant d’être « choqué », s’il vous propose de passer une nuit avec lui. Les hommes sont infidèles, les femmes sont infidèles.  La seule différence entre les deux est que les femmes sont généralement plus discrètes.  L’infidélité féminine est encore tabou dans notre société.

La société préfère la femme trompée plutôt que l’homme trompé. En effet, un homme trompé passerait pour un impuissant. Un homme incapable de satisfaire sa femme.

 

Adélia Good

Aimer ou partager ce post

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *